Je vais vous poser une question : n’avez-vous pas un souvenir petit/petite, d’avoir reçu une douceur, une friandise ou tout autre chose pour vous consoler d’un chagrin ou encore pour atténuer une colère ou un caprice ?

Je suis naturopathe et si je devais donner une définition de mon activité au quotidien, ce serait : vous donnez la conscience de votre responsabilité, de votre rôle acteur en ce qui concerne votre hygiène de vie et de vous aidez à prendre soin de vous, en portant attention à votre corps et à votre esprit… Ne dit-on pas « un esprit sain dans un corps sain » ? C’est la base de la formule magique !

Régulièrement, je suis sollicitée pour accompagner des personnes dans une démarche de perte de poids… et là, je vous assure que la réussite de la démarche est de mettre en accord l’esprit et le corps ! Vous avez sans doute déjà testé de faire un régime, non ? Vous avez sans doute perdu du poids, peut-être même atteint l’objectif que vous vous étiez fixé, mais après ? Dans la plupart des cas, vous avez repris du poids et peut-être davantage ! La raison de cet échec tient dans le mot régime. Par ce mot, vous placez votre esprit en mode contrôle ou scientifiquement dit, en restriction cognitive.

La restriction cognitive, c’est l’intention de contrôler mentalement son alimentation dans le but de maigrir ou de ne pas grossir. Tous les régimes amènent à la restriction cognitive et engendrent dans un premier temps une perte de poids et donc une amélioration de l’estime de soi.

Mais la plupart du temps, ils excluent de votre alimentation, les aliments plaisir, et apparaissent alors des émotions comme la frustration, l’anxiété, la peur du manque… A ce moment là, le moindre grain de sable dans votre quotidien met en péril très facilement ce processus de contrôle et lorsqu’il y a perte de contrôle, de nouvelles émotions entrent en jeu, telles que la culpabilité, la dévalorisation, la déprime ou encore la perte de l’estime de soi.

Cette perte d’estime de soi va vous faire focaliser à nouveau sur votre problème initial, le poids et c’est le cercle vicieux…

Votre comportement face à l’alimentation devient alors une oscillation entre des moments de restriction et des moments de perte de contrôle.

Vous vous rendez compte alors, que l’effet yoyo (la tendance à la prise de poids) n’est que la partie visible de l’impact des régimes successifs sur le corps. L’effet des restrictions existe aussi au niveau de vos émotions avec la privation, qui engendre la frustration, la peur de craquer et des obsessions de peur de perte de contrôle, de la culpabilité, de la démotivation… bref, un véritable cauchemar.

Il faut comprendre que vous êtes un tout, complexe, avec une histoire, des besoins et des ressentis qui vous sont propres.

Il est donc indispensable de prendre en considération certains facteurs, dont voici les principaux, qui peuvent agir dans l’ombre et vous éloigner du chemin de la réussite :

  1. En référence à ce qui a été expliqué précédemment, le premier, vous l’aurez compris, est l’effet pervers de la restriction cognitive : la privation amène des émotions bien particulières (culpabilité, démotivation, perte estime de soi…)
  • Cessez d’être dans le contrôle et réapprenez à lire les messages de votre corps (la sensation de faim, la satiété, le rassasiement, indices repères pour prendre les bonnes décisions pour réguler et ajuster vos apports caloriques à hauteur de vos besoins). Prenez donc le temps et l’habitude de partir explorer ce qui est présent pour vous, à l’intérieur de vous, afin d’identifier, ressentir et localiser ces sensations de manière à faire les choix les plus justes.
  1. Le stress : il modifie les équilibres, nerveux et hormonal de votre organisme, la chimie du corps et impacte votre réactivité émotionnelle. Avec le stress apparaissent la colère, l’anxiété… et du coup en parallèle, il modifie votre façon de manger : vous mangez de façon plus rapide ou bien encore vous vous orientez vers des aliments plus gras ou sucrés.
  • Apprenez à lâcher la pression, utilisez des outils de gestion du stress et des outils qui aident à ne pas activer les mécanismes du stress. Devenez un expert en zen attitude !
  1. La peur des émotions : en fonction de votre histoire (choc émotionnel, traumatisme…) ou par peur de laisser place à vos émotions car vous ne savez pas ce qu’il va se passer, pour vous ou pour les autres même, vous fuyez vos émotions en mangeant ; c’est comme si pour vous sentir protégé(e), vous mangiez vos émotions.
  • En douceur, acceptez de faire connaissance avec vos émotions, rentrez en contact avec elles pour les découvrir, les identifier, les ressentir et ressentir leurs manifestations Dé-diabolisez vos émotions. Apprenez à être en amitié avec vos propres émotions.
  1. La compensation: si vous pensez ne pas avoir pu accéder à des choses importantes pour vous comme la prise en considération de vos besoins, de vos attentes comme le besoin d’affection, le besoin de prendre du temps pour soi…, c’est ce sentiment intérieur d’attente, de manque, de vide qui cherche à être comblé et l’est souvent par l’alimentation.
  • Identifiez la nature du manque ressenti et petit à petit apprenez à vous offrir ce qui vous semble important pour vous, devenez autonome et ne soyez plus dépendant(e) de votre environnement et des autres pour trouver une réponse, pour sentir que vous nourrissez ce qui est important pour vous.
  1. Les déficits nutritionnels : Une alimentation non diversifiée ou pas suffisamment diversifiée ne permet pas d’apporter les nutriments essentiels à l’organisme… A ce moment-là, les besoins de l’organisme ne sont pas satisfaits et c’est lui-même qui vous pousse à manger.
  • Apprenez à changer vos habitudes en respectant votre personnalité, choisissez une façon de découvrir de nouveaux aliments, en créant des conditions plaisir c’est à dire en vous respectant.
  1. Le dernier et non le moindre sont les bénéfices secondaires de l’échec : sans jugement, essayez de les identifier, posez-vous la question de quels sont les avantages de cette situation qui perdure et trouvez le moyen de les satisfaire autrement que par l’alimentation.

Mettre en lien l’alimentation et nos émotions directement ou indirectement n’est pas mince affaire… Votre volonté seule n’est finalement pas en cause ; vous êtes la bonne personne pour agir pour… et non pas pour aller contre !!!!

La solution proposée par la naturopathie est de ne plus parler de régime mais de rééquilibrage d’hygiène de vie et d’atteindre ainsi durablement l’objectif fixé en travaillant sur votre motivation, (être au clair avec ce qui est important pour vous), en travaillant sur la régulation de vos sensations alimentaires, (repères indispensables pour être guidé(e) et prendre des décisions justes par rapport à vos besoins), en utilisant des outils qui vous aideront à sortir des automatismes qui amènent à reproduire toujours la même façon de vous alimenter, en travaillant sur la gestion émotionnelle et tout ça, dans le cadre d’une alimentation plaisir.

10 commentaires sur "Nos émotions en lien avec notre façon de nous alimenter"

  1. Merci pour cet article Marine. je suis entièrement d’accord avec ce que j’ai réussi à déchiffrer ! (la typographie n’est pas assez contrastée) Dommage car cet article mérite une mise en avant : si peu de professionnels de la nutrition s’intéressent à l’aspect psychologique du surpoids. Aspect que je connais très bien et qui ne trouve pas de solution dans un régime restrictif évidemment.

    • Tout à fait Danny 🙂

  2. Merci pour cet article si pertinent. Par expérience personnel je peux totalement valider ce que tu exprimes ici. Je ne te raconterai pas ma vie, mais je suis à 200% certaine que c’est le mental qui est le régulateur de notre poids Bien sur il y a parfois les désordres physiques qui influent mais n’ont ils pas eux même un lien avec notre psyché …? Alors faire ce lien est un cheminement qui va plus loin que juste changer sa nourriture et cela peut être un travail titanesque 🙂 Tout un défi à relever que tu sembles parfaitement comprendre.

    • Merci Brigitte, tu as raison c’est un cheminement, il faut être prêt!

  3. Article riche en information ! Merci chère Marine de nous faire profiter de tout ça ! j’apprécie tout particulièrement le terme « rééquilibrage d’hygiène de vie » proposé en lieu et place du régime. Excellent

    • C’est primordial… J’exècre le mot régime! Equilibre est plus enchanteur et prometteur… 🙂

  4. Merci beaucoup pour cet article Marine. L’extérieur est un reflet de l’intérieur. Les changements extérieurs véritables partent de l’intérieur.

    • Oui c’est très vrai 🙂 Merci Claire

  5. Un bel article Marine qui met en lumière le lien fondamental qu’il existe entre le corps et l’esprit. Je suis pleinement d’accord aussi avec ce qu’a souligné Claire Bourassa. Merci encore !

    • Merci Sessi 🙂

Leave a Reply to Sessi