Atelier récréatif de l’automne

2 heures pour se faire plaisir et célébrer ensemble les vacances et l’automne !

Au programme :
• accueil positif
• remue-méninge sur ce qui caractérise l’automne

20151022_084904
• relaxation et respiration
• découverte d’une nouvelle forme d’art, amusante, méditative et relaxante, le Zentangle® : entraînement et réalisation d’un dessin personnel autour de l’automne

20151022_085001

Merci à Alexandra, Nathalie, Hélène et Claudine pour leur participation créative et bienveillante.

 

IMG_0266IMG_0265

IMG_0267   IMG_0264

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Date : 21 octobre 2015 de 16 à 18h
Lieu : Association Aide et réussites – 6 rue des Terres du Sud à Juvignac
Tarif : 8 € seulement

Les monodiètes d’Automne

Rappel et Mise en garde : En aucun cas la monodiète ne doit être prise pour base d’un régime ou d’une alimentation permanente. Elle est conseillée uniquement temporairement dans le but d’éliminer les toxines du corps. La monodiète n’exclut pas non plus la consultation auprès d’un spécialiste de santé. Par ailleurs, toute monodiète nécessite des précautions de pratique. La période doit être bien choisie, votre vitalité doit être bonne. Laisser vous conseiller par votre naturopathe qui pourra adapter la cure à votre personnalité.

La monodiète de raisins

Contre-indications :

  • diabète insulino dépendant (diabète maigre)

Durée et périodicité :

de 1 jour à plusieurs semaines, cure d’automne par excellence

Déroulement :

  • choisir un raisin de qualité bien mûr, chasselas blanc ou muscat noir ou blanc (finesse de peau)
  • le laver très soigneusement (plusieurs eaux)
  • avaler la peau et les pépins (voire même en mâcher quelques uns, en particulier du raisin noir, pour leur qualité antioxydante,
  • consommer de 1 à 3 kg par jour au rythme de 1 repas toutes les 2 ou 3 heures

 

Propriétés :

Le raisin est riche en minéraux et vitamines. Selon les témoignages, la cure de raisin apporte bien-être et vitalité. Cette cure semble avoir une action sur la santé globale et soulager la constipation, les insomnies, les problèmes de peau, la fatigue, la nervosité, les maux de tête(…) Cette cure est par ailleurs très efficace en cas de surcharge pondérale (perte de poids notable et souvent durable).

 

La monodiète de pommes douces

Contre-indications :

  • Possibilité de colites à cause de la cellulose
  • Tolérance chez le diabétique

Durée et périodicité :

de 1 à 10 jours en automne

Déroulement :

  • choisir les espèces les plus rustiques
  • éviter les fruits acides
  • consommer de 1 à 3 kg de fruits par jour, à bien mâcher
  • panacher la cure en jus, fruits crus ou cuits
  • agrémenter sa préparation de cannelle ou de jus de citron selon le goût

Propriétés :

La pomme possède des qualités aussi nombreuses que précieuses : elle est anti rhumatismale, hypocholestérolémiante, diurétique, stomachique (antiseptique intestinal et protectrice gastrique) (…)

Accompagner sa cure monodiète d’une cure d’eau hydroxydase,

L’eau hydroxydase

Contre-indications :

  • Hypertension artérielle
  • Insuffisance rénale

Durée et périodicité :

30 jours au printemps et en automne

Déroulement :

  • consommer lentement, à la bouteille (évite l’oxydation)
  • ne pas agiter
  • la boire non glacée et loin des repas
  • de 1 flacon (cure d’entretien) à 3 flacons (cure intensive) par jour

Propriétés :

Elle accompagne l’élimination des toxines accumulées par ses effets sur les reins et le foie. Elle s’utilise dans tous les cas de surcharges métaboliques (acide urique, cholestérol), de surcharges pondérales (cellulite, excès de poids), de surcharges liées au stress, à la sédentarité et à une alimentation trop riche…

mais aussi…

La monodiète de carottes

Contre-indications :

  • Index glycémique élevé

Durée et périodicité :

de 1 jour  à 1 semaine, en toute saison même si les carottes de printemps sont bien meilleures sur les plans nutritif, dépuratif et organoleptique.

Déroulement :

  • brosser les légumes sous l’eau
  • les couper dans le sens du légume pour éviter l’oxydation
  • panacher la cure en jus, en légumes crus ou cuits, en soupe ou en purée

Propriétés :

La carotte a de nombreuses vertus : elle est régulatrice de l’intestin, anti-anémique, cicatrisante gastrique, dépurative, fluidifiante biliaire (…)

 

La monodiète de bananes

Contre-indications :

  • Prudence chez le diabétique du fait de l’apport glucidique,
  • Hyperkaliémie (excès de potassium sanguin)

Durée et périodicité :

De 1 à 3 jours d’octobre à mars

Déroulement :

  • mâcher consciencieusement le fruit
  • écraser le fruit bien mûr à la fourchette (sa digestibilité s’améliore à l’oxydation)
  • panacher la cure en fruits crus et cuits
  • consommer entre 8 et 12 fruits par jour sans risque de surcharge

Propriétés :

Cette cure convient bien aux « non initiés » des détoxications naturopathiques (comme d’ailleurs la cure de riz ou de pommes de terre… à réserver pour l’hiver de préférence). La banane, fruit alcalinisant, est un bon correcteur de l’acidose tissulaire répandue à notre époque de stress permanent.

L’Automne

Entreprendre une monodiète est une démarche active, de pleine conscience.

Les changements de saison accueillent parfaitement le moment de la monodiète, « grand nettoyage » utile après les fêtes hivernales comme après les excès estivaux pour soulager le système digestif et les organes dépuratifs.

La monodiète s’inscrit autant dans une approche curative que préventive.

automne

Quel est le principe de la monodiète ?

La monodiète consiste à ne consommer qu’un seul aliment, à sa faim, entre 3 jours et une semaine, en fonction de la capacité, propre à chacun, de la supporter.

Elle est une représentante du jeûne… détoxifiante tout en douceur…

Comment se préparer à la monodiète ?

La veille au soir de la monodiète, le repas sera léger, au mieux composé d’une bouillie cellulosique*.

Pendant la cure, seule l’eau pure et/ou des tisanes légères (chardon marie, romarin, fumeterre, artichaut, pissenlit pour le foie ; thym, plantain pour purifier le sang), à raison d’un bon litre par jour et plus si besoin, seront consommées.

Pour mener à bien la cure, le choix des aliments est primordial : il se portera sur un fruit, un légume, une céréale comme le riz complet ou un laitage comme le fromage blanc ; des aliments en somme qui favorisent la digestion sans apporter de nouvelles toxines et si possible issus de l’agriculture biologique (afin de limiter les risques d’intoxication par les pesticides).

Oubliez la cure de chocolat, de biscuits, de chips ou même de viande (chargée de toxines que l’organisme cherche à éliminer par la cure)!!!

Les propriétés médicinales des aliments peuvent également orienter le choix fait : l’artichaut pour favoriser le drainage, les carottes pour faciliter la digestion (en jus le matin, râpées le midi et cuites le soir), la cerise en tant que diurétique, la fraise pour contribuer à l’élimination de l’acide urique, la pomme pour faciliter le fonctionnement du foie et des intestins, la poire celui de la vésicule biliaire…

La saison influencera également le choix de l’aliment :

  • à l’automne, la cure de raisin,
  • avant l’hiver, la cure de vitamine C avec de l’argousier, du jus de sureau, de citron,
  • pendant l’hiver, les soupes de légumes, les céréales (riz complet ou mi-complet, millet, sarrasin),
  • au printemps, la cure de sève de bouleau, le pissenlit (…)

Le bon rythme pour effectuer ce type de cure est propre à chacun :

  • De 1 journée à 3 jours consécutifs,
  • Un jour par semaine pendant plusieurs semaines,
  • Chaque dîner pendant une semaine (…)

Pourquoi faire une monodiète ?

L’organisme élimine régulièrement les déchets accumulés par l’action des émonctoires (organes d’élimination : foie, intestins, reins, peau, poumons, lymphe). Si ceux-ci sont trop sollicités, ils se fatiguent, s’épuisent et ne remplissent plus leur rôle au maximum de leur capacité.

Les toxiques et toxines alors non traitées poursuivent leur chemin et se déposent à l’endroit le plus fragile, le plus faible du corps.

La localisation des troubles dépend en effet des faiblesses organiques, de l’hérédité, de la nature des déchets**, de l’état psychologique de chacun.

La maladie s’installe faisant apparaitre bien souvent la fièvre, signe que le corps essaie de se défendre. Surveillée (et maîtrisée en cas de nécessité), la fièvre participe au processus de guérison. Si ce dernier est interrompu trop tôt (en agissant sur la fièvre trop précocement par exemple), l’action de nettoyage du corps se stoppe.

Quand bien même le premier symptôme aura disparu, un suivant apparaîtra, peut-être plus intense encore que le premier… Ceci doit être la motivation première de s’exercer à ce « nettoyage » de l’organisme, en profondeur et en douceur.
L’encrassement de l’organisme résulte soit :

  • de la suralimentation, lorsque la quantité d’aliments ingérés excède la capacité de transformation de notre tube digestif : excès de protéines (2/3 des besoins protéiques couverts par la consommation de viande, produits laitiers, oeufs…), de glucides (sucres) et de lipides (graisses).

Ce phénomène s’explique notamment par le fait qu’aujourd’hui les aliments sont privés de leurs éléments vitaux par les multiples raffinage qu’ils subissent ; Ce sont des « faux aliments » (boissons industrielles, sucreries diverses…). Il faut en conséquence consommer plus d’aliments pour couvrir les besoins quotidiens en vitamines, minéraux et oligoéléments.

  • du stress, l’hyperfonctionnement des facultés motrices, nerveuses et cérébrales utilise en grande partie l’énergie initialement nécessaire à la digestion et l’élimination. A cela, s’ajoute le fait que la personne stressée sera davantage consommatrice de produits intoxicants comme les sucreries, le tabac, l’alcool, le café.
  • des pollutions de l’air, de l’eau et de la terre, ces poisons que contiennent les aliments pénètrent l’organisme lorsque qu’ils sont consommés.
  • de la sédentarité, le fait d’accorder de moins en moins de temps à l’exercice physique ne favorise pas le travail d’élimination par la peau, organe d’élimination non négligeable.

Sans provoquer de manière systématique la maladie, l’encombrement de l’organisme par l’ensemble de ces déchets entraîne bien souvent une baisse d’énergie, un affaiblissement de l’immunité, des problèmes de peau ou une surcharge pondérale.

Quand est-il nécessaire de faire une monodiète ?

Voici une liste non exhaustive des raisons qui conditionnent l’entreprise de la cure :

  • après un repas trop copieux, des excès alimentaires,
  • après un choc psychologique,
  • aux changements de saison,
  • lors d’une surcharge pondérale,
  • avant d’effectuer un changement vers une alimentation naturelle plus saine,
  • avant de commencer toute thérapeutique naturelle afin d’en magnifier l’efficacité,
  • en cas d’allergies et d’intolérances alimentaires pour distinguer ce qui convient au corps de ce qui ne lui convient pas,
  • en cas de douleurs chroniques…

Un corps encrassé cherche lui-même à éliminer ce qui l’encombre par l’utilisation des émonctoires. Selon les individus, il choisit d’éliminer :

  • par les voies respiratoires : toux, crachats, nez qui coule…
  • par les voies urinaires : urines chargées, calculs ou sable…
  • par les intestins : diarrhée…
  • par la peau : boutons, eczéma, sueur…
  • par le foie et la vésicule biliaire : sécrétion biliaire importante, calculs…

Mise en garde : En aucun cas la monodiète ne doit être prise pour base d’un régime ou d’une alimentation permanente. Elle est conseillée uniquement temporairement dans le but d’éliminer les toxines du corps. La monodiète n’exclut pas non plus la consultation auprès d’un spécialiste de santé.

Quels sont les effets d’une monodiète ?

Voici une liste non exhaustive des effets notoires de la monodiète :

  • aucune sensation de lourdeur après le repas, plus de somnolence associée à la digestion,
  • gain d’énergie car le système digestif est au repos,
  • amélioration du sommeil,
  • stimulation des facultés de réflexion et d’inspiration du fait de la nouvelle distribution d’énergie,
  • affinement de la silhouette du fait de la disparition des fermentations notamment, et sensation de légèreté,
  • purification externe de la peau (…)

Il est à noter que pendant la cure, les selles, les urines voire même la sueur seront modifiées (couleur, odeur) puisqu’elles se trouvent chargées de toxines.

L’après monodiète

Après la cure, la reprise alimentaire se fait progressivement (sur 3 jours environ) en introduisant tout d’abord les légumes et les fruits cuits, le poisson vapeur, les céréales, les légumineuses, les fromages, les légumes et fruits crus pour finir par l’introduction des produits carnés… Ainsi perdureront les bénéfices de la cure.

 

* Recette de la bouillie cellulosique : faire bouillir des légumes aqueux (salades, poireaux, carottes, navets, céleris, tomates sans céréale, ni pomme de terre, ni graisse, ni sel). Quatre fois de suite jeter l’eau de cuisson. Il ne reste plus que les fibres des légumes auxquelles s’ajoutent selon le goût de chacun des aromates.

** Il existe deux types de déchets :

  • les colles, non solubles dans les liquides (glaires, mucosité…). elles s’éliminent par le foie, les intestins et les glandes sébacées. Les poumons seront un émonctoire de secours, de même que l’utérus. Leur origine est une alimentation trop riche en sucre et en graisses ; Elles seront la cause probable de rhinites, sinusites, bronchites, angines, cystites, eczémas, acné, dermatoses (…)
  • les cristaux, solubles dans les liquides. Ils s’éliminent par les reins et les glandes sudoripares. Leur origine est une alimentation trop riche en protéines et en sucre raffiné ; Ils seront la cause probable de rhumatismes, arthrites, arthroses, de la goutte et des calculs.

 


Deprecated: Directive 'allow_url_include' is deprecated in Unknown on line 0